En chantier

En février 2012, une Classe III avec excès vertical antérieur, doublée d’une déviation de la mâchoire m’a été diagnostiquée.

Afin de stopper cette évolution qui aurait pu donner suite à un décrochement de ma mâchoire inferieure, j’ai entrepris un traitement orthodontique d’un an et demi dans le but de me préparer à une opération destinée à corriger mon problème.

Malgré le fait que tout était pensé en vue de ré-harmoniser mon ossature, l’inquiétude de ne pas me reconnaître à l’issue de cette aventure à rythmé mes journées pendant toute une année. C’est en effet une lourde charge psychologique que de se lancer dans un traitement aussi long et pénible sans véritablement savoir à quoi on ressemblera finalement. Ce à quoi s’ajoutait la contrainte des bagues dont mon sourire était, pour la seconde fois, prisonnier.

Partagée entre anxiété et fascination, j’ai réalisé ce travail comme un exutoire, mais également afin de garder une trace de ce qui fut mon visage pendant 25 années. Plus que le changement véritable, c’est la question de l’identité fantasmée et la transformation progressive de quelque chose que je pensais immuable qui m’ont surtout interpellés. Cette sensation de n’être qu’un chantier médical en attente …

  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
  • Photography by {name}
Fanny Viguier Join us on the collective of artists, fllio!